BOCAGE

Le bocage est un élément majeur des continuités écologiques sur le territoire Vallée de la Rance-Côte d’Emeraude. Cette trame doit favoriser la circulation des espèces entre prairies, forêts, zones humides et autres habitats. Il abrite également une biodiversité importante, oiseaux, petits mammifères terrestre et chiroptères, insectes… Il contribue aussi à un cadre de vie de qualité, et est un allié majeur de l’agriculteur. C’est un écotone entre milieux forestiers et agricoles notamment riches en auxiliaires de cultures. De plus, il joue un rôle de brise vent, d’abri pour le troupeau, limite l’érosion des sols et produit du bois énergie.

Le bocage est un patrimoine historique du territoire Vallée de la Rance-Côte d’Emeraude. Haies, talus, vergers composaient majoritairement les paysages des bords d’estuaires.  Les arbres, taillés en émonde, qu’on appelle ragosses, sont emblématiques, notamment au sud du territoire dans le « Pays des Faluns ». Plus au nord, les cultures légumières façonnent le paysage différemment : les arbres laissent place à des haies plus arbustives, voire à des talus enherbés. Comme ailleurs en Bretagne, le remembrement a été la cause majeure de l’érosion du bocage, mais surtout d’une perte de la culture du bocage, amenant à l’absence d’entretien et à un arrachage plutôt qu’à une gestion adaptée. Ce contexte a conduit à un faible renouvellement et à son homogénéité.

Face à ce constat, les acteurs du territoire se sont mobilisés notamment autour de COEUR Emeraude pour s’engager dans un programme régional de création du bocage, Breizh Bocage. Aussi, depuis 2008, toutes les communes et intercommunalités du territoire promeuvent cette politique. Les exploitants agricoles sont mobilisés comme le démontre le succès du programme. Rien que le bassin versant Rance aval Faluns Guinefort, l’animation de COEUR Emeraude (maitrises d’ouvrage des travaux par les intercommunalités), en faveur de la recomposition du bocage a permis par exemple entre 2009 et 2018 de créer 120 km de linéaire bocager chez 180 agriculteurs volontaires sur 42 communes. Le reste du territoire a également bénéficié du programme mis en œuvre par d’autres acteurs.

Cette forte dynamique s’accompagne également d’un travail de ré-appropriation du bocage auprès des agriculteurs, élus et grand public. Ce travail passe par des animations collectives et des diagnostics participatifs communaux initiés dès 2008. Le bocage y est répertorié collectivement afin de le protéger. Aujourd’hui, ils sont repris et complétés lors de l’évolution des documents d’urbanisme communaux et inter-communaux. Faire vivre ces classements est une composante majeure de la réussite du maintien du bocage existant en accompagnant les collectivités, les exploitants, les propriétaires et les entreprises agricoles et forestières dans la prise en compte de ces réglementations.

AGRICULTURE
LITTORAL
AMÉNAGEMENT ET PAYSAGE
PATRIMOINES CULTURELS
BIODIVERSITÉ
SÉDIMENTS
DÉVELOPPEMENT ECONOMIQUE
SENSIBILISATION AU TERRITOIRE
BOCAGE | COEUR Emeraude