La Rance, colonne vertébrale du territoire

Petit fleuve côtier d’environ 100 kilomètres de long, la Rance prend sa source dans les Monts du Mené. Elle parcourt ses premiers kilomètres en dehors du territoire Rance-Côte d’Emeraude, jusqu’à la retenue de Rophémel que se partagent les communes de Guitté, Guenroc et Plouasne. 

A l’aval de Rophémel, la Rance s’élargit en vallée alluvionnaire pour traverser le pays des faluns. Le fleuve est rejoint à Evran par le Linon et le Guinefort, deux de ses principaux affluents. Entre Evran et Dinan, il se confond avec le canal d’Ille-et-Rance. L’ouvrage, ouvert à la navigation en 1837, assure la transition entre les deux bassins versants. 

C’est au niveau de l’écluse du Châtelier, entre Saint-Samson-sur-Rance et la Vicomté-sur-Rance, que la Rance recouvre son caractère maritime, qui ne cesse de s’affirmer jusqu’au barrage marémoteur, ouvrage construit entre Dinard et Saint-Malo et qui marque la limite entre le bassin maritime et la mer. En fonction de la géomorphologie et du relief terrestre, on y observe une variation graduelle du paysage : plan d’eau permanent au contact des profils abrupts des falaises, vasières, bras vaseux, grèves, plages…

Se renseigner sur la gestion pérenne et la valorisation des sédiments