Historique de l'association

L’association COEUR ("Conférence" puis "Comité" Opérationnel des Elus et Usagers de la Rance) a été créée en 1994, à l’initiative d’élus et d'associations de 23 communes des bords de Rance et du littoral, entre Dinan, Saint-Malo et Saint-Briac. Elle constitue alors une véritable plateforme de concertation, œuvrant en faveur de la qualité des eaux, de la gestion des sédiments et des patrimoines de la Rance, dans le cadre du Contrat de Baie de la Rance (1996-2005).

Très vite, COEUR déploie une fonction d’animation et de conseil auprès de nombreux acteurs du territoire, de part et d’autre de la Rance. La structure accompagne les initiatives locales pour la prise en compte des pratiques respectueuses de l’environnement, dans une approche de développement durable.

La mise en place, dès 1996, des programmes opérationnels de reconquête de la qualité du site a démontré la volonté et l’ambition des acteurs locaux et institutionnels d’assurer la préservation de la Rance et de ses abords.

Dans la continuité de ces travaux, il s’est avéré opportun de s’interroger sur l’avenir de ce secteur.

Les membres de COEUR ont souhaité intégrer à cette réflexion un territoire plus large et plus cohérent, susceptible de partager les mêmes enjeux.

Après des études et une concertation préalables et un vote à l’unanimité de l’Assemblée générale de COEUR Emeraude, le Conseil régional de Bretagne a voté à l’unanimité pour lancer le projet de PNR, arrêter le périmètre d’étude sur 66 communes adopté par COEUR Emeraude et confier le portage à l’association. Depuis fin 2008, COEUR est en effet devenue COEUR Emeraude, en cohérence avec le territoire potentiel d'action. Elle a alors accueilli de très nombreux nouveaux membres – collectivités et acteurs de la « société civile » - pour assurer une représentation la plus large du territoire d’étude du PNR.

Lors de l’Assemblée Générale du 28 Juin 2017, COEUR Emeraude vote à l’unanimité pour l’adoption d’un périmètre d’étude ajusté, plus cohérent, incluant désormais 76 communes, et pour une modification d’appellation : le projet de Parc naturel régional Rance-Côte d’Emeraude devient le projet de Parc naturel régional Vallée de la Rance-Côte d’Emeraude.